Séjour en Auvergne : partir à la découverte du Cantal

Situé en Auvergne, le département du Cantal vous accueille toute l’année pour des vacances 100% nature.

HISTOIRE

Le nom « Cantal » vient du Plomb du Cantal, sommet le plus élevé des Monts du Cantal au cœur de l’Auvergne. C’est aussi le nom d’une ancienne région, le Cantalès, qui s’étendait au nord-ouest d’Aurillac depuis 885. Aujourd’hui, certains toponymes conservent encore ce nom comme Saint-Etienne du Cantalès…

Crêtes du Puy Mary, Cantal. Crédit photo : http://bit.ly/RkSSGr

QUE FAIRE DANS LE CANTAL ?

Surtout de belles randonnées au cœur du merveilleux parc naturel régional des volcans d’Auvergne. Le mot d’ordre ? Un tourisme vert, de montagne. Vous pourrez notamment découvrir le Puy Mary (1787m) qui vous fera accéder à l’un des plus beaux panoramas d’Europe ; le Plomb du Cantal (à 1855m), le village de Salers et ses magnifiques vaches, les Gorges de la Truyère (vous ne manquerez pas de vous rendre au Viaduc de Garabit ou au château d’Alleuze) ou encore le château de Val.

Cantal, vache Salers – crédit photo http://bit.ly/UrEzEm

Les plus sportifs d’entre vous s’adonneront aux randonnées pédestres ou à VTT dans le massif cantalien. Escalade, canyoning, kayak, voile, pêche, ULM sont encore d’autres idées d’activités qui séduiront petits et grands. En hiver, la station du Lioran vous donne accès à la pratique du ski alpin, du snowboard ou du patinage. Autres possibilités : les randonnées en raquettes et le ski de fond.

POUR LES AMATEURS DE PATRIMOINE

Vous aimez les beaux bâtiments historiques ? De ce point de vue, le Cantal est d’une richesse exceptionnelle. Edifices religieux romans (églises de Cheylade, Dienne, Massiac), gothiques (cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour), châteaux (Val, Anjony, Pesteils, La Vigne), anciennes stations thermales (Chaudes-Aigues, Vic-sur-Cère), sans oublier les « petites cités de caractère » sauront vous accueillir et entrecouper vos journées de randonnées.

Publicités

Visiter Helsinki : circuits séjours tout compris dans la capitale de la Finlande

Bienvenue à Helsinki, la plus grande ville de la Finlande et sa capitale !

A Helsinki, vous séjournerez pendant votre séjour sur une Presqu’île entourée d’une multitude de petites îles, et l’élément minéral fera partie intégrante de votre voyage en Finlande.

Helsinki – crédit photo : http://bit.ly/TcVQ62

HISTOIRE

Fondée en 1550 par Gustav Vasa, roi de Suède, Helsinki (alors appelée Helsingfors) a pour mission de concurrencer Reval (c’est-à-dire Tallinn en Estonie). C’est à l’origine un village avec son église, son cimetière, ses commerces et ses habitations, avant l’occupation des Russes en guerre contre les Suédois pendant la grande guerre du Nord entre 1713 et 1721 (puis 1742), occupation provoquant un immense incendie. Ainsi, Helsinki doit être fortifiée pour résister aux prochaines attaques. La forteresse maritime de Sveaborg nait ainsi entre 1748 et 1798 (construction souhaitée aussi par le roi de France Louis XV, qui sera détruite par une expédition franco-anglaise pendant la guerre de Crimée). La Suède subit une défaite contre les Russes en 1808-1809 et la Finlande est ainsi annexée à l’Empire Russe. Helsinki devient la capitale de la nouvelle république en 1917, lors de l’indépendance de la Finlande.

Place du Sénat, Helsinki – crédit photo http://bit.ly/TUA3fh

CURIOSITÉS

A Helsinki, on ne sait plus très bien parfois si l’on se trouve dans un pays scandinave, un pays balte ou même carrément la Russie ! Cette capitale européenne présente de nombreuses traces de ses différentes dominations et l’on peut par exemple avoir un aperçu direct de ses liens avec la Russie en découvrant la statue du tsar Alexandre II sur la place du Sénat devant la cathédrale ou encore la ressemblance des bâtiments de la ville avec ceux de Saint-Pétersbourg… Les bâtiments conçus par l’architecte Carl Ludwig Engel selon un plan orthogonal sont de ceux-là. Vous pourrez visiter lors de votre séjour à Helsinki cette fameuse place du Sénat (ensemble architectural néo classique (1822-1852) avec l’Université, le Conseil d’Etat, la cathédrale luthérienne (1830-1852) ; le Musée national de Finlande (1905-1910), le Théâtre National  (1902) ; les bâtiments Art-Nouveau du centre-ville, la gare centrale (1910-1914), la statue d’Havis Amanda, le Palais Finlandia (1971), etc. Vous compléterez vos visites en découvrant le musée d’art contemporain, le musée d’art classique, le musée d’histoire naturelle, l’esplanade d’Helsinki, le stade olympique, le port Katajanokka, le drôle de bâtiment Ympyrätalo, le centre commercial Kamppi, etc.

FESTIVALS / CULTURE

Vous pourrez profiter de nombreuses expositions temporaires ou de festivals dans cette capitale culturelle (car Helsinki comporte 79 musées, 45 cinémas et 12 théâtres !). Nous vous conseillons notamment le festival d’Helsinki (en août).

Helsinki, capitale du design 2012 – crédit photo http://bit.ly/OTAh85

Découvrir le Jura Franco-Suisse : un massif montagneux propice aux randonnées !

C’est une région que l’on aime particulièrement : le Jura Franco-Suisse est un havre de paix comme on n’en fait plus… Plusieurs sites sont certainement à privilégier (même si toute la région est vraiment agréable). On pense notamment à la célèbre région des lacs avec le Lac de Vouglans (un lac artificiel créé en 1968), le Lac de Serre-Ponçon (deuxième lac artificiel d’Europe par sa capacité et troisième par sa superficie), le Lac de Sainte-Croix (créé en 1973, un haut lieu de la culture du lavandin) et les Cascades du Hérisson (avec ses belvédères et son sentier de promenade). A Saint-Claude, vous pourrez découvrir la vieille ville et la cathédrale Saint-Pierre, Saint-Paul et Saint-André (classée monument historique, avec son clocher gauche jamais terminé), la fabrique de pipes et son musée ou encore la fabrication du diamant (ainsi que la Confrérie des Maîtres-Pipiers). Vous profiterez aussi d’une pause à Saint-Claude pour apprécier le musée de l’abbaye, les ponts, la place Louis XI, etc. A Morez, la capitale de la lunetterie (autrefois capitale de l’horloge comtoise) vous accueille au pied de la station de Les Rousses. Vous pourrez aussi visiter Arbois, une vieille ville intéressante sur la route des vins ou encore Salins les Bains (ancienne saline). De belles étapes de dégustations seront au rendez-vous, vous permettant de goûter aux fromages et vins locaux…

Lac de Vouglans – crédit photo : http://bit.ly/OHaO00

Nous vous conseillons aussi de visiter les quatre villages de la station, aussi charmants les uns que les autres : Bois d’Amont (connu pour être la capitale de la boissellerie – c’est-à-dire de boîtes en bois d’épicéa), Les Rousses (un adorable village montagnard qui propose même un musée du ski), Prémanon (intéressant pour son musée/centre polaire Paul-Emile Victor, sa patinoire et son Eglise Saint-Barthélémy) et enfin Lamoura (pour sa maison du Lapidaire – pierres précieuses et sa Forêt du Massacre). Lamoura est aussi le lieu de départ de la course de ski de fond « La Transjurassienne ». Dans cette région, vous profiterez de nombreuses activités sportives comme le ski, les raquettes à neige, la natation, la pêche en rivière ou lac, les randonnées, le golf, l’accrobranche, etc.

Bois d’Amont – crédit photo : http://bit.ly/QOPH9G

La Suisse, à deux pas, est évidemment une étape décisive de votre séjour ! Vous apprécierez le savoir-vivre suisse, leurs spécialités culinaires et vigneronnes, à travers la découverte de plusieurs villes et villages : on aime particulièrement les superbes alpages suisses, verdoyants et apaisants ; la cité olympique Lausanne qui domine le fabuleux Lac Léman ; Genève pour son spectaculaire jet d’eau, son horloge astronomique, ses boutiques de luxe et ses manufactures de montres, etc. ; Nyon, étonnante cité lacustre au bord du Léman ; les villages médiévaux d’Yvoire ou de Gruyère…

Séjour en Alsace : visiter Colmar et la Petite Venise

Cette semaine, l’été nous attire en Alsace et plus précisément à Colmar, la troisième ville de la région après Strasbourg et Mulhouse. C’est au cœur du vignoble alsacien et à proximité du piémont vosgien que nous prenons plaisir à flâner dans ce pays propice à la création de grands crus (le vin d’Alsace étant l’un des plus prisés dans toute l’Europe).

Colmar – crédit photo : http://bit.ly/QEBqTA

Cette région très touristique abrite de nombreux musées vraiment intéressants (dont le merveilleux musée des beaux-arts d’Unterlinden qui présente le non moins célèbre retable d’Issenheim du peintre Matthias Grünewald, 1512-1516). Cette ville culturelle, berceau des artistes Auguste Bartholdi (créateur, entre autres, de la statue de la Liberté) et de l’illustrateur Hansi (Jean-Jacques Waltz), possède un patrimoine architectural hors du commun : vous prendrez plaisir à découvrir l’architecture locale à travers la maison Pfister, ses superbes colombages et ses peintures murales, l’ancienne douane Koïfhus, le corps de garde ou encore la maison Adolph sur la place de la Cathédrale. Les férus de bâtiments religieux apprécieront ces sites remarquables comme la collégiale Saint-Martin au style gothique, l’église protestante de Saint-Matthieu ou le couvent des Dominicains (lié au Musée d’Unterlinden). La Renaissance s’impose aussi à Colmar à travers la célèbre Maison des Têtes (avec sa façade couverte de grotesques) ou la cour d’appel.

Retable d’Issenheim – crédit photo : http://bit.ly/Pze6zl

Quelques-uns de ces prestigieux bâtiments sont à découvrir au cœur de la Petite Venise – le quartier maraîcher de la Krutenau (faubourg sud de Colmar). Pourquoi « Petite Venise » ? Parce que les maisons (à toits à haut pignon) sont alignées de part et d’autre de la rivière Lauch… Ce quartier est aussi célèbre pour ses maisons de tanneurs et ses anciennes poissonneries.

Colmar, Petite Venise – crédit photo : http://bit.ly/Rs3dpt

Si vous passez quelque temps à Colmar, vous aurez peut-être la chance de participer à l’un des festivals organisés par la ville, tout au long de l’année : au printemps, nous aimons particulièrement le festival de rue, les Musicales (musique de chambre) ; en été, le Festival international de Colmar, le festival Natala et le festival d’orgue; en automne, le festival de jazz et le festival du film « 7 jours pour le 7e art » (sans oublier les nombreux salons très divers qui ont lieu toute l’année).

Tallinn, capitale de l’Estonie : magie d’un voyage dans les Pays Baltes

Au cœur des Pays Baltes, nous vous proposons cette semaine une escapade à Tallinn, la sublime capitale d’Estonie, située sur la côte du golfe de Finlande en mer Baltique. Cette ancienne place de commerce bien connue en Scandinavie et Russie est citée dès 1154 dans un Atlas, avant d’apparaître dans des chroniques russes sous le nom de Kolyvan notamment. Le nom « Tallinn » apparaît certainement dès l’invasion danoise en 1219 si l’on comprend la contraction « Taani linn » comme transcription de « ville danoise ».

Ville membre de la Hanse au moyen-âge, Tallinn – ou Reval – devient synonyme de commerce du sel avant de devenir un haut lieu d’immigration allemande jusqu’à la Réforme luthérienne dans les années 1523-1524. Après la domination danoise puis allemande viendront les temps des invasions suédois et russe… La ville sort de la Seconde Guerre Mondiale meurtrie mais sa vieille ville s’en sort finalement assez bien, une chance lorsque l’on considère la richesse de son patrimoine historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1997.

Par conséquent, Tallinn vous réserve d’incroyables surprises touristiques dont de superbes vestiges médiévaux ou des bâtiments aux façades classique, Renaissance, Baroque ou Rococo.

Du XIIIe siècle, la vieille ville a conservé ses remparts et ses tours (Numma, Kudjala, Sauna). Visitez par exemple le Musée de la mer au sein de la Tour Marguerite ou « Grosse Marguerite », l’Hôtel de ville (où vous découvrirez la plus ancienne pharmacie d’Europe encore en activité), son clocher datant du XIVe siècle, le château de Toompea bien visible sur la ville haute par sa couleur rose bonbon (il est aussi le siège du Parlement Estonien), la porte Renaissance de la maison de la confrérie des Têtes Noires, la maison des chevaliers d’Estland (Bibliothèque Nationale aujourd’hui), le château baroque de Catharinenthal (la résidence d’été de Pierre le Grand), les nombreuses églises gothiques, l’église baroque du Dôme et la cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevsky (style moscovite, en photo). De nombreuses occupations et visites guidées vous attendent comme les 30 musées, les festivals de cinéma et de musique, les théâtres, les galeries d’art et d’exposition… Rien d’étonnant pour la capitale européenne de la culture en 2011.

Depuis le port de Tallinn, lors de votre séjour dans les Pays Baltes, vous pourrez poursuivre votre circuit en prenant un bateau pour Helsinki ou Stockholm

Séjour en Irlande : cet été, je veux visiter Cork !

C’est au sud de l’Irlande que l’on découvre Cork, la deuxième plus grande ville d’Irlande. Le comté de Cork et ses quelques 119 000 habitants accueillent chaque année de nombreux touristes, curieux de découvrir une autre ville irlandaise que Dublin ou Belfast. Mais pourquoi choisir Cork comme destination ?

Crédit photo : http://bit.ly/LRlPvO

Parce que Cork est une ville rebelle historique, depuis la fameuse Guerre des Roses qui opposa la maison royale de Lancastre et la maison royale d’York vers 1485. Et selon les habitants, c’est là la « véritable capitale de l’Irlande » ! Fondé par Saint Finbarr au VIe siècle, un monastère est l’origine de cette ville irlandaise. On doit à Jean d’Angleterre la signature de la charte de la ville en 1185. Cork la rebelle s’est transformée au fil des ans, surtout à l’époque des invasions Vikings. De cette époque difficile, nous observons encore aujourd’hui des vestiges comme les remparts. Puis le XIXe siècle a forcément su créer une nouvelle facette à la ville : le port de Cork s’est bien évidemment fait l’une des places fortes de l’embarquement d’émigrants, désireux de se faire une nouvelle vie aux Etats-Unis… On identifie autre période historique douloureuse liée à la guerre d’indépendance irlandaise.

Crédit photo : http://bit.ly/LRm4aj

Cork possède tout le charme d’une ville édifiée sur un ancien marécage, le long du fleuve Lee qui traverse aussi la ville. C’est donc une île, au milieu de la rivière, qui forme la principale partie du centre ville de Cork, St-Patrick’s Street, avec ses jolies petites maisons et son fameux pont avec ses 3 arches, St Patrick’s Bridge. Un autre centre plus « artisanal » s’offre à vous si vous visitez Butter Exchange : son nom vient de la période entre le XVIIIe et 1924, lorsque Cork était une plaque tournante du commerce de beurre salé ! De plus, les quais et les docks font de Cork l’un des principaux ports de la grande île.

Curiosités conseillées, attractions, festivals : Butter Exchange, St Patrick’s Street, St Patrick’s Bridge, la cathédrale St Finbarr (Dean Street) impressionnante dans son style gothique français datant de 1865, le musée de Cork, Cork City Gaol (attraction touristique de la ville), le marché couvert English Market, le Cork County Hall, le Cork Country Council, le Guinness Cork Jazz Festival qui se tiendra au théâtre Everyman Palace Theatre du 26 au 29 octobre 2012 et le Corona Cork Film Festival du 11 au 18 novembre 2012…

Loire-Atlantique et Morbihan : quand l’appel du Sud de la Bretagne se fait entendre !

Cette semaine, direction la Loire-Atlantique ! Lors de ce circuit en pension complète, je m’amuse à rêver de vacances dignes de celles de Monsieur Hulot sur la plage Saint-Marc, de découvertes au cœur de l’Histoire sur les Chantiers de l’Atlantique à St Nazaire, de fraîcheur iodée, de dégustations de produits du terroir et de ballades dans les marais salants de Guérande

La presqu’île guérandaise m’attire pour ses marais salants, ses villages de paludiers, sa fameuse cité médiévale et toutes ses autres curiosités… Plus loin, je découvre le Parc Naturel Régional de Brière, toujours avec ses marais, son village typique Kerhinet, ses maisons curieuses à toits de chaume. Je me laisse à rêver de promenades en calèches en fin de journée… avant de tomber amoureuse de la Côte d’Amour avec ses sublimes plages et stations balnéaires réputées, au fin sable blanc : bercée par mes souvenirs, je retrouve la magie de La Baule, Pornichet, Le Pouliguen, Le Croisic ou La Turballe…

La Baule – crédit photo : http://bit.ly/N5znQl

Retour dans les terres avec la visite de Nantes, sa vieille ville, son célèbre Château des Ducs de Bretagne et sa cathédrale. Sur la route des vins nantais, je déguste aussi (avec modération) des cépages délicieux de vins de Loire et de Muscadet, relevant le goût savoureux de mes huitres fraiches. C’est alors le moment d’une douce croisière sur l’Erdre, m’entraînant vers la Côte de Jade bien connue pour ses plages propices à la farniente : Pornic, St-Gildas et Saint-Brévin-les-Pins. Sans oublier un coup d’œil extraordinaire au pont suspendu de Saint-Nazaire haut de 68m et long de 3356m (1975).

Château de Nantes

D’autres émotions m’attendent sur l’île de Noirmoutier lorsque je découvre son abbatiale St Philibert, le Port de l’Herbaudière ou le Passage du Gois… L’île d’Yeu m’attire aussi avec son église de Saint-Sauveur, sa citadelle, son Vieux-Château, son petit port de pêche de La Meule, la pointe du But et bien évidemment son emblématique phare. Belle-Île en Mer (Morbihan, Bretagne Sud) me subjugue par la beauté de son site, sa citadelle Vauban au Palais, les Aiguilles de Port-Coton, le port de Sauzon, le phare de Goulphar, les sublimes sentiers côtiers et les plages, surtout la plus grande, la plage de Donnant.

Château de l’île d’Yeu – crédit photo : http://bit.ly/N6iZ5s

A La Gacilly, je suis au pays des fleurs : je prends plaisir à découvrir son petit village médiéval, son Végétarium, le site d’Yves Rocher et son jardin botanique… Puis je reprends la route afin de rejoindre Vannes, au cœur du Golfe de Morbihan, ainsi que l’Île aux Moines, Carnac et ses menhirs, Sainte-Anne d’Auray et la superbe Presqu’île de Quiberon