Camargue : Aigues-Mortes, découvrez cette commune !

Notre nouvelle étape en France : en Camargue, à Aigues-Mortes, une belle commune française située dans le département du Gard, région Languedoc-Roussillon… Bienvenue dans cette fière cité médiévale fortifiée, bâtie par Saint-Louis !

Aigues-Mortes en Camargue / crédit photo : http://minu.me/7cfb/p

HISTOIRE

On connaît Aigues-Mortes depuis 1248, où ce territoire apparaît dans un texte sous la forme latinisée Aquae Mortuae, qui procède de l’occitan « Aigas Mortas » qui signifie « eaux mortes », « eaux stagnantes » (à cause des marais et étangs qui s’étendaient autour du village d’origine). Dans l’Antiquité, cette région voit l’aménagement de premiers marais salins dont les vestiges sont aussi perdus. Au Moyen-âge, le roi Charlemagne fait ériger la tour Matafère en 791 au milieu des marécages pour sécuriser les pêcheurs et ouvriers des salins. D’abord protectrice et guerrière, cette tour devient spirituelle quand Charlemagne l’octroie à l’abbaye des Bénédictins. Au moment des Croisades, Louis IX / Saint-Louis fait construire une route entre les marais en plus d’une tour Carbonnière pour protéger la ville et la tour de Constance pour abriter sa garnison. A partir de là, Louis IX s’élancera par deux fois pour les Croisades ! (en 1248 et 1270 où il meurt de dysenterie). Plus tard, au début du XIVe siècle, Philippe le Bel utilise ce site fortifié pour incarcérer les Templiers. Début XVe, d’importants travaux sont entrepris pour faciliter l’accès d’Aigues-Mortes à la mer. En 1806, une solution est enfin trouvée : Aigues-Mortes devient un port fluvial grâce au Canal du Rhône à Sète. Fin XIXe, la cité connaîtra un sanglant épisode historique : le massacre des Italiens en août 1893 (le plus grand massacre d’immigrés de l’histoire contemporaine de la France mais aussi l’un des plus grands scandales de son histoire judiciaire – puisqu’aucune condamnation ne sera jamais prononcée)…

Aigues-Mortes, ville fortifiée / crédit photo : http://minu.me/7cfa/p

PAYS

A Aigues-Mortes, au cœur de la Camargue, les amoureux de la nature pourront prendre le temps d’admirer une faune et une flore typique et généreuse : élevages de taureaux, de chevaux sauvages dans les marais environnants… Côté paysage, les marais salants évidemment sauront vous dépayser ainsi que le riche patrimoine médiéval des XIIIe et XIVe siècles et la proximité avec la mer.

TOURISME

Vous visiterez le joli centre-ville d’Aigues-Mortes ; la Tour de Constance datant de 1242 (sous Saint-Louis) avec sa salle des gardes et sa salle des chevaliers, ses remparts qui se déploient sur une longueur de 1600 m ; la Tour Carbonnière (1346) ; l’église Notre-Dame-des-Sablons qui date du milieu du XIIIe, sa statue de Saint-Louis, les restes d’un très vieux crucifix… ; la chapelle des Pénitents gris et celle des Pénitents blancs ; la place Saint-Louis, etc.

Publicités

Séjour tout compris en Corse : 8 jours sur l’île de Beauté avec visites guidées

Le soleil et la chaleur vous manquent déjà ?
Cette semaine, direction la Corse !

Depuis Toulon, vous embarquez sur un ferry pour un dîner au restaurant et une nuit en cabine en direction de Bastia ou d’Ajaccio. Dès le lendemain, vous débutez votre séjour accompagné en suivant la Côte jusqu’à Calvi afin de visiter des villages pittoresques comme ceux de San Antonino, Aregno (pour sa chapelle datant du XIVe siècle), Pigna (et ses ateliers de luthiers) et enfin Lumio. Au cœur de tous ces jolis villages, vous prenez plaisir à goûter aux produits régionaux tels la charcuterie du pays, des variétés de fromage exquises, de l’huile ou de la confiture. Après toutes ces découvertes, vous prenez la route jusqu’à Porto par le Col de la Croix.

San Antonino – Corse – crédit photo : http://bit.ly/SGZIfJ

Votre troisième journée peut-être consacrée à une excursion aux Calanques de Piana et Cargèse. Vous profitez d’une vue panoramique du Golfe de Girolata, où vous attendent de magnifiques paysages de roches rouges… Vous êtes bien ici, vous profitez du temps radieux, de la nature environnante, riche et généreuse.

A Ajaccio, la cité impériale, vous découvrez la cour Napoléon, la place d’Austerlitz, qui révèle une superbe statue de l’empereur. Par le Col St Georges, Olmeto, Sartène, vous atteignez le Golfe de Porto-Vecchio (visitez la rue Borgo et les marais salants)… Avant de découvrir Bonifacio, « la ville blanche » créée par le Comte Boniface. Vous vous laissez aller à prendre le petit train qui vous fait visiter la Citadelle. En bateau, vous découvrez les coins secrets de Bonifacio comme ses grottes et ses falaises. D’autres émotions vous attendent à Palombaggia, l’une des plages les plus belles de Méditerranée occidentale. La pinède qui l’entoure vous enivre de ses odeurs si agréables…

Palombaggia – Corse – crédit photo : http://bit.ly/SGZXHJ

D’autres paysages vous attendent : aux Aiguilles de Bavella à 1240m d’altitude ; dans la vallée de la Solenzara, majestueuse avec ses canyons et ses piscines naturelles. Votre séjour prend fin (malheureusement) et vous terminez votre périple corse dans le Cortenais : la ville de Corte vous accueille. C’est un peu le centre historique de la Corse, que vous pouvez visiter en petit train. Ponte Nuovo, Ponte Leccia sont les deux dernières haltes lors de ce séjour inoubliable en Corse.

Vendée : escale à l’île d’Yeu

Cette semaine, direction l’île d’Yeu dans la région des Pays de la Loire… Car sur une toute petite superficie (23,32 km² pour environ 4800 habitants), vous pourrez vivre de très beaux moments sur cette île aux multiples facettes. Véritable perle de l’Atlantique située à 20km des côtes vendéennes, l’île d’Yeu est l’île métropolitaine la plus éloignée du continent après la Corse.

Ile d’Yeu – Port de La Meule / crédit photo : http://bit.ly/VbCKeV

Votre séjour commence depuis Port-Joinville, incroyable départ touristique avec ses bateaux de pêche colorés, ses ruelles bordées de petites maisons blanches recouvertes de tuiles de couleur orange. Nous vous conseillons particulièrement de circuler sur l’île d’Yeu à vélo : vous n’aurez pas à craindre les côtes tant le relief est inexistant. Côté occupation, vous pourrez prendre l’air depuis les longues plages, les dunes, en savourant la délicieuse odeur des pins…

Vous progresserez vers la côte Sud vers la pointe du But et la pointe des Corbeaux qui présentent l’aspect d’un littoral plus breton (rochers, dolmens, lande rase, bruyère, etc.). Mais vous serez aussi surpris de constater l’ambiance presque méditerranéenne qui règne sur le port de La Meule. On aime notamment sa jolie chapelle blanche.

Chapelle Ile d’Yeu / crédit photo : http://bit.ly/QmqgR7

Nos coups de coeur :

  • Le Port-Joinville pour son phare des Mariés
  • Le port de pêche (qui accueille quotidiennement 150 pêcheurs et 40 bateaux)
  • L’Anse des Soux pour ses petites plages de sable entre les falaises de granit
  • Le Hameau de La Croix
  • La Pointe du Châtelet
  • Le Port des Vieilles
  • Le Port de La Meule (pour sa crique et sa chapelle du XIe siècle)
  • Le dolmen des Petits Fradets (Pointe de la Gournaise, site mégalithique, 3000 ans av. J.-C.)
  • Le Vieux-Château qui a inspiré Hergé pour le dessin du sombre château de l’Île Noire

Sur le pont d’Avignon, l’on y danse, l’on y danse !

Vous prévoyez un séjour en région Provence Alpes Côtes d’Azur du côté d’Avignon dans le Vaucluse ? Une chance, vous pourrez découvrir une superbe curiosité historique : le fameux pont d’Avignon – ou Pont Saint-Bénézet – que célèbrent tant d’enfants en chantant cette ritournelle :

Sur le pont d’Avignon,
L’on y danse, l’on y danse
Sur le pont d’Avignon
L’on y danse tous en rond
Les beaux messieurs font comm’ ça
Et puis encore comm’ ça
Sur le pont d’Avignon
L’on y danse, l’on y danse
Sur le pont d’Avignon
L’on y danse tous en rond
Les bell’ dames font comm’ ça
Et puis encore comm’ ça

Le Pont-Bénézet et le Palais des Papes à Avignon

C’est cette petite chanson populaire qui a rendu célèbre le pont Saint-Bénézet dans l’histoire du folklore des régions françaises au XVe siècle. Construit plus tôt, de 1177 à 1185 sur le Rhône, ce pont possède curieusement deux chapelles : Saint-Bénézet et Saint-Nicolas. L’histoire de ce pont repose donc prioritairement sur la légende de Saint Bénézet, un jeune berger qui reçut un jour ce message de Dieu : « Bénézet, prend ta houlette et descends jusqu’en Avignon, la capitale du bord de l’eau : tu parleras aux habitants et tu leur diras qu’il faut construire un pont ». Ridiculisé par les Avignonnais, le jeune garçon a cependant pu soulever un immense bloc de pierre, créant ainsi par intervention divine, le début du pont d’Avignon, un pont utile aux autorités religieuses et épiscopales (bien avant l’édification du Palais des Papes fondé en 1335)… En 1185, le pont mesurait 915 mètres et comportait 22 arches. Aujourd’hui, il n’en reste plus que quatre ! La cause d’une telle dégradation ? Le siège de la ville en 1226 et surtout les fortes crues du Rhône, dès 1603 qui emportent petit à petit plusieurs arches en 1605, 1633 et 1669 : le pont est alors comme on le connait aujourd’hui.

Malgré toutes ces péripéties, le pont d’Avignon est un véritable symbole depuis son origine : il est l’emblème de la ville et a été reproduit plusieurs fois dans des œuvres d’art de James Carroll Beckwith, Paul Signac, Adrian Stokes, etc.

Paul Signac – Le Palais des Papes à Avignon